Ces véhicules sans rétroviseurs sur nos routes

Que ce soit un camion, une voiture, une moto ou même un vélo, les moyens de transport sont une nécessité. Mais ils deviennent un danger pour nous-mêmes et pour les autres quand ce petit accessoire appelé rétroviseur leur manque. Surtout les conducteurs de moto en font souvent l’économie, alors que sans rétroviseurs, il est impossible de savoir ce qui est derrière soi. La voie est-elle libre pour s’engager? Est-elle libre pour céder le passage ou changer de direction?

Ouro Bodi, conducteur de taxi: «Moi je ne blague pas avec les rétroviseurs sur ma voiture. C’est ça ma sécurité. Ils me permettent de stationner très facilement et m’indiquent s’il y a quelqu’un qui arrive derrière pour savoir comment freiner». Dodzi, zémidjan-man: «Les rétroviseurs sur ma moto, c’est ma vie. Quand tu fais zémidjan sans rétroviseurs, tu mets le client en danger. S’il vous arrive un accident, c’est toi le conducteur qui va payer les soins. Parfois les sôdja nous sanctionnent pour ça».

Mais il y a aussi des gens moins sensés dans la circulation. Moussa, mécanicien: «Moi j’aime conduire sans rétroviseur. Ça m’amuse, surtout quand je file à toute vitesse. Je sais que ça peut créer un accident mais c’est comme ça que moi j’aime être. Je veux être libre et à l’aise. Agbé, entrepreneur: «Le rétroviseur a été arraché à deux reprises sur ma voiture et ça m’a fâché. Je ne veux plus en acheter et c’est pour ça que je ne les ai plus. Je sais que je risque ma vie et celle des autres, mais je gère avec les regards et les coups d’œil, même si ce n’est pas toujours efficace».  Assinou José

Sika’a no 317

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Je donne mon avis
Le sujet du mois, c'est ici!
Bonjour
Tu veux participer au forum?